LE MARCHÉ 2017 : La régulation et GTB, un socle pour réussir les transitions énergétique et numérique du bâtiments

Une activité en croissance sous haute concurrence

La reprise globale de l’économie rejaillit naturellement sur le secteur du bâtiment qui s’accompagne d’une demande soutenue pour les solutions de régulation et gestion technique du bâtiment dans le neuf comme pour la rénovation. Cette demande est accentuée par une volonté croissance des usagers de piloter les équipements de manière plus fine et directe. Ainsi, une offre abondante tend répondre à cette demande, sans pour autant parvenir à se hisser au niveau des acteurs historiques du marché.

En effet, la volonté politique de faire connaitre au secteur du bâtiment sa révolution énergétique et numérique est une aubaine pour l’industrie de la régulation et GTB dont les solutions, largement digitalisées, intègrent une intelligence toujours pus renforcée pour optimiser le confort des usagers avec le minimum de consommation énergétique.

Par ailleurs, le contexte réglementaire français en cours d’évolution, notamment au travers de l’expérimentation E+C-, tend à valoriser les systèmes de Régulation et Gestion Technique du Bâtiment(ou « gestion active ») qui s’imposent comme des solutions efficaces et à moindres coûts pour réduire la consommation énergétique et les émissions de gaz à effets de serre.

L’année 2018 devrait permettre de confirmer la bonne santé du secteur et la forte demande pour des solutions robustes et innovantes, permettant d’atteindre les objectifs de transitions énergétiques et numériques tout en augmentant le confort des usagers. Ainsi, la publication de la nouvelle Directive Performance Énergétique des Bâtiments (avril 2018) qui introduit la régulation et GTB comme système technique du bâtiment avec ses propres exigences doit encore renforcer l’attractivité des solutions offertes par les membres du syndicat ACR .

Télécharger les communiqués de presse :

Guide de l'intelligence hydraulique Winter Package (révision DPEB)

 

Dans ce contexte, le syndicat ACR poursuivra sa stratégie d’alignement des référentiels techniques pour harmoniser les pratiques nationales sur le plan européen (voir international) et imiter les coûts de mises en œuvre dans les pays. 

Télécharger le dossier complet